Steak Expert
Accueil du site > Paroles d’experts > Interview > Comment prendre la parole lorsque son entreprise a été à l’(TM)origine (...)

Comment prendre la parole lorsque son entreprise a été à l’(TM)origine d’(TM)une grave crise sanitaire ?

L��(TM)approche Médiatique par Christophe COUROUSSE, directeur de la communication du Groupe Terrena

Comment prendre la parole lorsque son entreprise a été à l��(TM)origine d��(TM)une grave crise sanitaire ? C��(TM)est la premi� ?re question qui se pose à nous avant même de discourir sur le sujet. Sommes-nous légitimes pour parler du sujet ou devons-nous au contraire, par respect pour les victimes de l��(TM)intoxication nous taire ? Ces questions peuvent paraître brutales. Pourtant avant de communiquer sur un tel sujet, il faut se définir une éthique. Pour Soviba, il est possible de s��(TM)exprimer dans la mesure ou cela contribue à informer, à alarmer et finalement à progresser dans la prévention sur une question sanitaire d��(TM)actualité. Notre appel est simple : « Parlons des STEC et soyons acteurs de la prévention d��(TM)un risque réel dont les conséquences peuvent être dramatiques.

1- Le risque « médiatique »

Avant d’être médiatique, le risque est d’abord sanitaire ! Et finalement si les médias ont développé au fur et à mesure des années une hypersensibilité aux crises sanitaires c’est d’abord parce que le consommateur est lui-même hypersensible. Grippe aviaire, OGM, ESB, la confrontation aux risques sanitaires réels ou perçus est permanente. La perception de ce risque entre les professionnels et le consommateur est radicalement différente. Pour le professionnel :
  le risque fait partie du metier. Il gère en probabiliste. Parfois il parle en pourcentage de risque de contamination…
  Dans tous les cas, il accepte le risque parce qu’il travaille tous les jours à le mesurer et à le réduire. Pour le consommateur :
  le risque est inacceptable. Parce que le monde se résume à l’individu que l’on est. Le monde c’est soi ! Dans cette conception les pourcentages n’ont pas de sens. Le cas individuel est la règle.
  Le consommateur – très rationnel – applique une règle simple. Il semble qu’il y ait un risque et je ne peux mesurer par moi-même le niveau d’incertitude. Si j’ai le choix, alors je le fais jouer. S’il semble y avoir un risque sur le steak haché alors j’arrête de le consommer et j’achète autre chose.

Les médias dans ce jeu de société ne sont que des amplificateurs, certes puissants, mais en aucun cas des émetteurs !

2- Comment communiquer dans ce contexte ?

Albert Camus disait : « L’absurde naît de la confrontation de l’appel humain et du silence du monde ». Je crois que l’on peut dire que « Les craintes alimentaires naissent de la confrontation entre l’appel du consommateur et le silence déraisonnable de la filière agroalimentaire » !

a- Agir sans simplifier, ni minimiser les risques

Le consommateur et les médias ne sont pas simplistes, ils savent que quelques soient les produits, les risques peuvent exister. Par contre, ils veulent avoir à faire à des acteurs qui sont en mouvement, qui ne rassurent pas pour cacher une réalité mais qui agissent chaque jour en appliquant les meilleures techniques du moment.

b- Assurer la transparence

Plus les risques semblent grands au consommateur, plus l’industie – qui pense le contraire – ferme ses outils à la visite et fonctionne en boîte noire. Cette situation dont on comprend la génèse à court terme reste dangereuse à long terme

c- Communiquer vite !

Il est urgent de réassurer le consommateur sur le produit steak haché. Le bruit de fond créé par les dernières alertes génère l’incertitude. Selon le principe du choix, certains consommateurs vont se détourner du produit. L’image du steak haché est aujourd’hui abîmée.

3- La démarche de Soviba

La communication de Soviba s’organise autour des axes suivants :
  Faire du sujet EColi O157 :H7 une priorité et considérer que nous avons un devoir supérieur aux autres acteurs de la filière sur ce sujet. Responsabilité et humilité.
  Ne pas centrer notre communication sur le seul test libératoire mais garder en tête la logique de prévention à chaque maillon de la filière. Le test n’est que l’ultime verrou d’une chaîne de précautions qui part des élevages et se poursuit tout au long de la fabrication en industrie.
  Prendre l’initiative de l’information aux consommateurs en particulier sur la cuisson. Cette dernière constitue le dernier maillon mais au vu des données, une précaution très efficace.

Les actions engagées par Soviba :
  Une communication vers les clients sur la chaîne de précautions et le positionnement du test
  Création d’un poster (bande dessinée) pour permettre une première sensibilisation au sujet.
  Création du site internet www.steakhaché.fr pour permettre aux consommateurs de se réassurer et passer les messages essentiels sur les consignes de cuisson.
  Création du site www.steakexpert.fr pour permettre à tous les acteurs de la filière et de la prévention de disposer d’un lieu de synthèse des connaissances sur ce sujet important de santé sanitaire des aliments
  Conférence steak expert sur deux jours pour mettre en commun les différentes recherches en cours sur le sujet et permettre à chacun de progresser.

Conclusion

Il est très important pour les acteurs économiques de la filière de prendre en compte le risque concernant l’EColi O157 :H7 et de se mettre en mouvement pour trouver et mettre en œuvre les solutions adéquates. Ces efforts doivent être communiqués. Une fois les process sécurisés, il faudra réinventer le produit « steak haché » qui reste un produit essentiel de la table alimentaire notamment des jeunes enfants. Ce renouveau devra intégrer les notions de nutrition santé et porter sur une transparence retrouvée de l’élaboration du produit.


pied de page